Guéridon

Sculpture 2020

Factatory


Masque par terre

“Confins”
Jennetta Petch & Szymon Kula, Sarah Duby, Alisha Wessler, Félix Lachaize
Exposition du 4 juin au 30 août 2020
Galerie Tator

Confins6

Masque chirurgicale sculpté dans un dossier de chaise en formica.

tuto de fabrication


Impasse du clou

Workshop bricologie

Février 2020

aux Grands Atelier de l’Isle d’Abeau

avec Fabien Pinaroli et les étudiants de l’école d’architecture de Lyon.

 


Sculpture mi-molle

Nouvelle série 2020

Le principe est d’assouplir des volumes rigides et encombrants. Si les contraintes de manutention se sont allégées, le mode d’exposition reste empirique. L’idée est de produire des objets à priori inexposables…

merci à la Factatory pour le lieu de tournage….


Caisses aplaties

En chutes de chaises

2019


Artistes de saison

Du 29 avril au 3 mai 2019

Avec les étudiants des beaux arts de Clermont-Ferrand à Super-Besse.

 


Groupe « bac + couches de poussière »

projet: macSUP

2017: regroupement d’explorateurs artistes et scientifiques dans les sous sols des universités.

Felix Lachaizea, Andréas Aristideb, Ines Basric, Clara Homandd, Marie Jeanpierreb, Julie Michalisc, Naël Shalib, Nicolas Colticee, Arnaud Dubosf, Sylvianne Lathuilièreg, Anne Pillonneth, Alicia Treppoz-Viellei, Françoise Lonardonig

 a  Artiste, b  Licence Biologie, c  Dép. Chimie IUT Lyon1, d Licence Chimie, Université Lyon 1, e  Laboratoire de Géologie de Lyon, UMR 5276 ENS-Lyon1-CNRS | f  Bibliothèque M. Serres, Ecole centrale Lyon,  g  Musée d’art contemporain de Lyon, macLYON | h  Institut Lumière Matière, UMR 5306 Lyon1.CNRS | i ENS de Lyon

5aafad680fdba


Perf à Rubanox

Performance Hand truck sound ride

Performé à l’occasion de Un week end à l’usine: Rubanox 2016

organisé par la Maison de l’Architecture de Savoie

Le 15 octobre 2016

 

Je ressors ma benne à claquettes pour danser et sculpter avec mes déchètophs et déchègifs de ses deux dernières années. Cette nouvelle Perf pad dance suit un diable (chariot à bras) qui déambule dans des espaces en friche non nettoyés. Alors que la structure des bâtiments demeure fixe, au sol il s’est créé une couche de matières non récupérées. Le diable est équipé pour amplifier et enregistrer les variations sonores de ces « croutes de friche » sous l’effet de ses roues, donnant ainsi de la matière à performer.